Au cours de l’Argonne, on revitalise les lieux grâce à l’art

C’est ma coiffeuse qui m’a alertée : « Vous ne trouvez pas ça tristounet, vous ? ».  Il faut préciser que je faisais un balayage, et qu’un balayage c’est deux heures en compagnie de sa coiffeuse qui vous met du papier aluminium sur le crâne. Deux heures où elle me raconte tout en passant du coq à l’âne, de la dernière apparition de Victoria Beckham à ses plus belles vacances, de la difficulté de trouver de bonnes apprenties à la qualité du dernier appareil photo acheté. Donc, « tristounet », focalisée comme j’étais sur l’avancée du chantier capillaire, je n’ai pas tout de suite compris. « Le cours de l’Argonne, tout est fermé maintenant, il faut bien le dire, c’est triste ».

Et il est vrai que le cours de l’Argonne manque de vie et que les locaux commerciaux sont fermés. On part de la victoire, on passe les bars d’étudiants au style teinté de culture anglo-saxonne se mariant dans un goût douteux avec la gouaillerie du sud-ouest et la rue devient soudainement un vaste couloir du tramway aux magasins affichant porte close. Pourtant, le cours de l’Argonne ne peut pas être synonyme de rue morte : le nom évoque l’offensive, l’attaque, la lutte ! L’offensive Argonne, ce sont tout de même les dernières batailles des alliés contre l’ennemi pendant la première guerre mondiale, la fin de la guerre, l’armistice… Et la bataille du cours de l’Argonne, c’est la culture.

En 2010, « l’Agence Créative » s’est installée au numéro 76. Elle réunit plusieurs projets dédiés à l’art contemporain et au soutien des artistes, dont Mybook Pro, un système complet de création et d’hébergement de books d’artistes en ligne. Elle a organisé une exposition d’art contemporain « ARGONNE, Espaces Publics d’art contemporain #1 », chez les commerçants et dans les locaux inoccupés pour redonner vie au quartier par l’art, donner envie à d’autres galeries ou artistes de venir s’installer.
Avec « EXODO Espaces Publics d’art contemporain #2 », dans le cadre d’Evento en 2011, l’Agence Créative a proposé une deuxième exposition pour réinjecter un souffle culturel et travaillait encore à la revitalisation du cours de l’Argonne par l’art contemporain.
J’y ai été à EXODO, au 19 du cours de l’Argonne. J’ai passé la porte, deux types m’ont regardé étrangement, j’ai pris deux ou trois flyers, et je suis sortie. Plus tard, c’est le réparateur d’ordinateur chinois de la rue qui m’a proposé un flyer pour une exposition sur Steve Jobs dans ses locaux. Peut-être qu’y a un business à faire avec les impressions de flyers.

Enfin, en ce début décembre 2011, l’association Sew & Laine investira les locaux du numéro 85. Dédiée aux arts textiles, elle proposera « café-couture, coworking place, showroom, workshops »… Plein de mots à la mode pour dire que l’association s’inscrira dans un travail collaboratif avec différentes personnes ou associations du monde du textile pour présenter leur travail. L’association entre également dans le cadre du projet de revitalisation du cours de l’Argonne initié par l’Agence créative et avec le soutien de la Ville de Bordeaux. Cette même municipalité qui est en train d’effectuer une lourde restructuration du centre d’animation du quartier dont la réouverture est prévue en 2013.

Alors il faudra que je lui dise à ma coiffeuse qu’elle ferait mieux de se mettre à l’art contemporain et au workshop, elle se rendrait bien compte que c’est pas triste le cours de l’Argonne…

Comments
3 Responses to “Au cours de l’Argonne, on revitalise les lieux grâce à l’art”
  1. Chou Rave dit :

    « « café-couture, coworking place, showroom, workshops » »

    Et sinon, la dame connaît-elle le français?
    On dit des bureaux partagés, une salle d’exposition et des ateliers…

    Non mais franchement… Est-ce que je vais prendre un dump dans le shitter, moi?

    Bon.

    (chouette site et bon boulot, soit dit en passant!)

    • Sew & Laine dit :

      Sew&Laine est une association qui se veut également moderniser les pratiques textiles, et malheureusement l’anglais se prête parfois mieux pour exprimer nos actions auprès du public que nous ciblons.

      Et il est aussi plus pratique, « la dame » l’avoue de dire coworking que « espace de travail collaboratif ».

      Et nous assumons cet ancrage dans un vocabulaire « mode ».

      Cela dit : ne mangez vous pas de chewing gum? ne vous arrêtez-vous pas au stop?

      Je vous invite à venir nous rencontrer, nous serons ravie d’échanger sur la question.😉

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } bordeauxzob.wordpress.com – December 15, 8:18 […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrer votre adresse mail pour recevoir des notifications lors de la mise en ligne de nouveaux articles.

    Rejoignez 657 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :