Un Livre Blanc qui interroge notre ville : à quoi sert la culture ?

Ne vous y trompez pas, ce livre rose, appelé blanc, est en fait un livre d’or, comme vous devez en voir dans les hôtels, où les gens notent quelques lignes, qu’ils veulent plutôt sympas, sur le lieu de leurs vacances. Il y a toujours quelques grincheux, mais rien de bien méchant.

Petites manoeuvres pour un Grand Stade : la capacité de compréhension du bordelais n’est pas celle d’un joueur de foot

Plutôt que de tomber dans la critique facile des dérives du « foot-buisness » et sa course au grand et clinquant, on préfèrera ici pointer cette manière confuse de faire la ville où acteurs privés (Girondins, M6, Vinci) et publics (collectivités) opèrent à un mélange des genres biaisant la démocratie locale en favorisant l’exploitation d’une ferveur passagère plutôt qu’en cherchant une vraie légitimation citoyenne.

  • Entrer votre adresse mail pour recevoir des notifications lors de la mise en ligne de nouveaux articles.

    Rejoignez 657 autres abonnés